Mars japonais

Ouh que c’est dur en ce moment ! Grosse fatigue, gros ventre… Rien de bon pour coudre. Et puis, j’arrive au bout, alors coudre pour moi devient difficile : je ne vais pas me faire une robe pour
un mois, mais j’ai du mal à me projeter dans l’après (en combien de temps vais-je perdre les 20 kg en trop ?).
Le temps n’aide pas vraiment non plus : coudre chaud ou coudre froid ? -2° au thermomètre ce matin ! –> coudre chaud…

Pour ma robe de mars, j’ai donc choisi d’étrenner la couture japonaise avec une robe en lainage très ancien (si mes souvenirs sont exacts, il s’agit d’un très vieux tissu ayant appartenu à mon
arrière grand-père !). Une merveille à coudre.
J’ai choisi la robe U du livre 15 car c’est un modèle qui semblait très large. D’autre part, j’aime beaucoup l’encolure décalée.
Etant donné que le but est de pouvoir la remettre après avoir accouché (en automne prochain, hein ! parce qu’on va avoir un super printemps et un magnifique été), j’ai fait sans tenir compte de mes
kilos en trop. Elle n’est donc pas ajustée à ma taille actuelle. Je ferai d’éventuelles modifications plus tard. Je confirme donc : si on prend les mesures indiquées, elle est très large puisque
mon ventre de quasi 8 mois (certes très petit, las ! c’est les fesses qui ont tout pris…) rentre dedans.

Robe-U--livre-15.jpgTissu en lainage rayé vert bouteille qui joue à se transformer en gris, boutons en liberty
Sarah’s secret garden.


C’est austère… Mais mon ITF à poils longs aime cette sobriété. Me voilà sauvée. La seule fantaisie a donc été de mettre des boutons en Liberty que j’ai faits moi-même. C’est super facile et
rapide. Le seul défaut : c’est fragile. Mais, les boutonnières ici n’ont qu’une vertu décorative. Il n’y a pas de tension, donc ça devrait tenir.

Pour les petits détails techniques… Je n’ai pas doublé, comme indiqué dans le patron, et je n’ai pas mis le frou-frou tout en bas. Je ne suis pas certaine d’avoir respecté complètement le
protocole : j’ai tout de même un peu galéré (c’est troublant la première fois ces patrons japonais).

Maintenant, je file prendre le large.

Publicités

3 réflexions sur “Mars japonais

  1. Ah ben ça y est, tu parles couramment le japonais.
    Mais que t’arrive t-il ? Tu n’as pas fait une robe-test dans ta nappe ?
    Si jamais tu n’étais pas prête pour prendre le large, au moins tu as une bouée – de huit mois – toi…

Les commentaires sont fermés.